Parc national de Port-Cros et Porquerolles
-A +A
Share
2018
Sites 
Porquerolles
Theme 
Sciences de la vie

Le Parc national de Port-Cros (PNPC) a été créé en décembre 1963 au large des
côtes de la Provence (Var, France, Méditerranée nord-occidentale). Sa partie terrestre mesurait
7 km² et était entourée par une partie marine, bande de 600 m autour de la côte, d’une
surface d’environ 13 km². Le premier contact entre l’île de Porquerolles et le Parc national de
Port-Cros date de 1971. Cette année-là, l’État français a acheté 80 % de la partie terrestre
de l’île, d’une surface de 1 485 hectares, afin de protéger ces espaces remarquables, et en a
confié la gestion au PNPC. La partie marine de l’île de Porquerolles a commencé à bénéficier
de l’action du PNPC à partir du début des années 2000 lorsqu’une mission relative à Natura
2000 lui a été attribuée. En 2012, l’île de Porquerolles a été intégrée dans le territoire du
nouveau Parc national de Port-Cros (N-PNPC), dont la surface est des dizaines de fois plus
étendue que celle du PNPC. Le N-PNPC comporte deux zones coeurs de parc, terrestres
et marins : l’archipel de Port-Cros et l’île de Porquerolles. La zone coeur de parc marin de
Porquerolles est constituée par une bande de 600 mètres autour de l’île.
Un travail collaboratif a été mené en 2005-2006 entre les habitants de l’île, des professionnels
(pêcheurs artisanaux, structures de plongée sous-marine, loueurs de navires, de jet-skis,
bateaux-taxi), des usagers (pêcheurs de loisir à la ligne ou en apnée, plaisanciers, etc.) et des
représentants d’associations, pour la mise en place de mesures de préservation de cet espace
insulaire. Des mesures concertées ont vu le jour et constituent l’assise des règlementations
marines de la zone coeur de parc national autour de Porquerolles.
La gouvernance mise en place à l’époque s’est adaptée au changement de contexte (création
du coeur de Parc national en mer en 2012, constitution d’un Conseil Economique, Social et
Culturel), et contribue toujours aussi activement à la gestion des zones marines situées autour
de l’île, et même parfois un peu au-delà. Les règles tacites ou formelles de fonctionnement initial
du « Groupe Ad hoc » (GAH) ont pour certaines perduré ou se sont adaptées aux femmes et
aux hommes, au contexte et aux besoins. Le PNPC essaie de maintenir une gestion de l’Aire
Marine Protégée (AMP) la plus transparente possible basée sur ces principes, ce qui permet
d’instaurer la confiance au sein du GAH. Résultats de la gestion et des études, réussites,
retards mais aussi échecs sont exposés au GAH qui tente d’adapter le pilotage. Cette
gouvernance partagée peut paraître lourde et peu réactive ; elle semble néanmoins porter
ses fruits sur la durée, tout au moins en termes d’appropriation des actions par les acteurs.
Elle a notamment permis l’émergence consensuelle d’une zone fortement protégée en 2007,
puis sa transformation en zone de non prélèvement en 2015, assortie du doublement de sa
surface (135 hectares), dans l’un des sites les plus fréquentés de Méditerranée.
Impliquer les habitants et les usagers dans la création et la gestion des AMP semble un gage
d’efficacité. Des exemples de succès existent. Toutefois, c’est souvent plus compliqué qu’il
n’y parait ; il ne suffit pas de solliciter l’implication des personnes concernées pour qu’elles
répondent positivement. Nous avons fait le pari d’un fonctionnement du groupe (GAH) avec
une sorte d’auto-organisation bottom-up.
Plusieurs acteurs de cette démarche ont ici voulu expliquer les évolutions des modalités de
gestion de cet espace maritime, les réussites et les difficultés de la démarche, les perspectives.
La volonté de ces acteurs de travailler ensemble pour un objectif commun de préservation est
toujours aussi forte et permet au Parc national de doter progressivement le milieu marin de
Porquerolles d’un dispositif de préservation efficace dont les bénéfices commencent à émerger.
Mots-clés : Natura 2000, Parc national, concertation, gestion, gouvernance, aire marine
protégée, île de Porquerolles.

Authors 
Alain BARCELO, Philippe BERNARDI, Carine BUZAUD, Marc CREUSEFOND, Patrick DESPINOY, Jan GABRIEL, Guy HILY, Claude MAZZELLA, Laurent MILLIER, Gilbert CRESP, Jean RIDOLFI, Luc COUPEZ, Gérard CROSETTI, Stéphane RENOUX, Maxime PRODROMIDES
Editor 
Parc national de Port-Cros
Pages number 
28
Reference 
Sci. Rep. Port-Cros natl. Park, 32: 83-111 (2018)