Parc national de Port-Cros et Porquerolles
-A +A
Share
2020
Sites 
Hyères
Port-Cros
Theme 
Faune terrestre

Résumé1. Variabilité interspécifique des réponses des limicoles aux pratiques de
gestion d’un salin protégé de Méditerranée. Les habitats côtiers abritent des écosystèmes
sensibles sur lesquels pèsent des pressions liées à l’urbanisation du trait de côte et la montée
du niveau des mers. Les marais salants forment un habitat de substitution pour les oiseaux
qui se reproduisent, hivernent ou s’arrêtent en migration sur la côte, où l’essentiel des habitats
naturels ont disparu. Il est par conséquent essentiel de trouver un équilibre économique,
patrimonial et écologique afin de tenir compte de l’enjeu que représentent les marais salants
pour les oiseaux d’eau. Dans cette étude, nous avons étudié l’influence sur les oiseaux d’eau
des pratiques de gestion de deux marais salants isolés situés sur la côte méditerranéenne
française (Salins d’Hyères et Vieux Pesquiers, Hyères), éloignés de plusieurs dizaines de
kilomètres des habitats favorables les plus proches. Nous avons analysé trois années de
comptages portant sur neuf espèces protégées qui nichent, s’alimentent et forment des
dortoirs sur ces marais. À cette fin, nous avons construit un modèle hiérarchique multi-espèces
qui relie les variations des comptages d’oiseaux d’eau à l’oxygénation, à la salinité et aux
niveaux d’eau, qui sont les trois principaux paramètres ciblés par le gestionnaire pour favoriser
l’établissement des espèces visées. Nous avons montré que les conditions hyperhalines qui
dominent sur ces salins sont suboptimales pour la majorité des espèces, indiquant que les
fortes concentrations d’oiseaux qui y sont observées sont dictées par un déficit d’habitats
alternatifs dans le voisinage plutôt que par des conditions environnementales favorables. La
forte variation intraspécifique des réponses des neuf espèces aux paramètres de gestion
devrait promouvoir la création d’une mosaïque environnementale à l’intérieur des marais
salants. De plus, des différences inter-sites dans les réponses des oiseaux aux conditions
environnementales suggèrent un effet des perturbations directes, de la prédation et du
contexte paysager. Nos résultats montrent que de gros effectifs d’oiseaux sur des habitats
artificiels isolés ne représentent pas une bonne mesure de leur favorabilité écologique, et que la
gestion de ces sites nécessite d’incorporer les conflits et les complémentarités entre espèces.
Mots-clés : modèles hiérarchiques bayésiens, laridés, dynamique de populations,
convention Ramsar, salinité, salins d’Hyères, Port-Cros.

1 Ce résumé, absent de la publication, a été traduit et complété par les auteurs de
l’article.

Authors 
BARNAGAUD Jean-Yves, PAPAÏX Julien, AUDEVARD Aurélien, LASCEVE Matthieu, WROZA Stanislas, GEOFFROY David
Editor 
PARC NATIONAL DE PORT-CROS
Pages number 
2
Reference 
Sci. Rep. Port-Cros natl. Park, 34: 299-300 (2020)