Parc national de Port-Cros et Porquerolles
-A +A
Share

L'île du Levant

L’île du Levant, la plus orientale des îles d’or, est voisine de l’île de Port-Cros.

Aussi appelée le Levant, l’île du Levant est située aux larges des côtes varoises et fait fièrement face à la Corniche des Maures. Légèrement moins grande que l’île de Porquerolles, elle se présente sous la forme d’une arrête rocheuse de 8 km de longueur sur 1 km de largeur.

Cependant, du fait de sa situation géographique stratégique, l’État acquiert 90% de l’île et en fait une base militaire. Seul un dixième de sa superficie est donc accessible au public. Pour comprendre cette occupation militaire de l’île du Levant, nous vous invitons à vous plonger au cœur de l’histoire de l’île la plus orientale des îles d’or.

Histoire de l’île du Levant

On situe la première présence humaine sur l’île à l’âge de bronze. Cette datation a été rendue possible grâce à des gisements retrouvés dans l’Anse du Liserot.

Vers 1150, des moines cisterciens s’installent au Levant et y fondent une abbaye qui fut peu de temps après pillée par une horde de pirates. Ceux-ci s’emparent des richesses de l’abbaye et vendent les moines comme esclaves.

Des années plus tard et pour protéger l’île, Napoléon ordonne en 1811 la construction du Fort qui porte son nom et du Phare du Titan qui ne sera mis en service qu’en 1841. En 1892, l’État décide d’acquérir 90% de l’île du Levant soit environ 930 hectares. Les 10% restants demeurent la propriété de la famille Otlet qui les vendra en 1928 à la Société des îles d’Or. En 1931, les docteurs Gaston et André Durville prennent les rennes de cette société et créent sur l’île du Levant l’un des premiers villages naturistes d’Europe : le domaine naturiste d’Héliopolis. Aujourd’hui encore, chaque été, des milliers d’amoureux de nature s’y rendent faisant de ce lieu l’une des destinations naturistes en bord de la méditerranée les plus prisées. Mais l’île du Levant n’est pas uniquement caractérisée par son occupation militaire et son domaine naturiste. Elle bénéficie également d’une réserve des arbousiers impressionnante.

La réserve des arbousiers : un trésor préservé

La réserve des arbousiers s’étend sur un territoire d’une vingtaine d’hectares situé au nord-ouest de l’île. Grâce à l’association syndicale libre des propriétaires du domaine naturiste d’Héliopolis, elle est devenue en 1993 une réserve naturelle protégée.

Entièrement préservé de toutes constructions et de tous projets fonciers, cet espace présente une unité géographique d’autant plus qu’il n’a subi, depuis près de 150 ans, aucune atteinte à sa richesse écologique.

Toute l’année, et plus particulièrement en été, des visites commentées y sont proposées.